Sorti de garde à vue, Jean-Vincent Placé assume son alcoolisme

Sorti de garde à vue, Jean-Vincent Placé assume son alcoolisme

Le politique avait été placé en garde à vue après une sortie remplie de désagréments. Une semaine après, il s’explique.

C’est d’un nouvel oeil que Jean-Vincent Placé s’exprime après qu’il ait été placé en garde à vue à Paris.

Europe 1

Les trente-sept heures de garde à vue ont eu un mérite : j’ai enfin pris le temps de réfléchir.

Il semblerait que cette mise en garde à vue l’ait aidé à voir les choses au clair. Si l’on gardait le souvenir d’un homme inconscient, violent et raciste, aujourd’hui, celui-ci est conscient de ses erreurs et semble chercher la rédemption. Il assume avoir abusé de l’alcool, et n’hésite pas à se qualifier d’alcoolique, une « maladie » qu’il doit « soigner ». En revanche, concernant les agressions dont il est accusé, il nie les faits avec force. Il n’a agressé aucune femme, aucun vigil, affirme-t-il. Il est au contraire la victime du dit vigil qui l’a agressé, c’est là la raison de son comportement avec les policiers.

[Ce videur] m’a mis une gifle, mes lunettes sont tombées, elles se sont cassées en deux. L’outrage aux policiers est à replacer dans ce contexte d’énervement.

Il présente ses excuses, en particulier à sa famille. L’esprit est au repenti, mais certains de ses méfaits ne sont pour lui que pure invention.

Cecile

Globe-trotteuse invétérée, je suis fan de sport, séries et musique. Toujours prête pour de nouveaux défis, je passe volontiers du cocooning devant This is Us à une randonnée dans le désert australien !